Archives pour la catégorie Votre bébé

Lutter contre l’obésité infantile

coloriagedoraetsonchien.jpg

En France, l’obésité infantile concerne 12 % des enfants et augmente régulièrement comme dans les autres pays indistrialisés.

Une étude publiée dans Health Promotion Journal of Australia 2008, montre que les enfants de 5 à 6 ans vivant avec un chien ont 2 fois moins de risque d’obésité.

Le Dr Jo Salmon, auteur de l’étude explique que « notre recherche a montré que les petites filles qui ont un chien passent 29 minutes de plus par jour à des activités physiques que celles qui n’ont pas de chien ».

Les enfants qui jouent avec leur chien atteignent la moitié de l’activité physique recommandée grâce à cette activité.

De plus, cette activité arrive en 2° place dans les activités préférées des enfants après le fait de jouer avec ses amis.

Selon le Dr Salmon, « Vivre avec un chien peut également accroître le temps de marche d’une personne. Promener son chien représente un choix facile pour accroître son activité physique, pour près de 40 % des ménages qui ont un chien. C’est une bonne stratégie pour les parents qui cherchent à faire éteindre l’ordinateur ou la télévision de leur enfant. »

Les bases de l’apprentissage :

Les enfants apprennent beaucoup par mimétisme : ils regardent ce que leurs parents font et ensuite, il essayent de refaire la même chose.

Il est donc important de leur monter ce que l’on fait en leur expliquant.

Ne pas vouloir brûler les étapes et bien respecter le rythme de votre enfant.

Apprendre très tôt aux enfants les bons gestes pour que ça devienne une habitude. 

Etre patient et être positif pour dédramatiser en cas d’échec.

Faire des compliments en cas de réussite et valoriser ce qui a été fait même si c’est un peu décevant.

Le spasme du sanglot chez le bébé

bebepleure.jpg

Le spasme du sanglot concerne environ 5 % des bébés de 5 mois à 3 – 4 ans.

Il survient toujours au cours de pleurs et de colères et est déclenché par une douleur ou une émotion. Le bébé manifeste ainsi sa colère face à un refus ou sa peur.

C’est principalement chez les enfants très émotifs, « hyperactifs », turbulents et coléreux que le spasme du sanglot arrive.

Les symptômes :

A la suite d’une contrariété et d’une frustration, des sanglots apparaissent, l’enfant hurle, trépigne, puis les sanglots se font de plus en plus rapides et saccadés. La bouche reste ouverte et aucun son ne sort.

Ensuite, une respiration bruyante apparait suivie de quelques sanglots.

Puis une perte de connaissance sans gravité et une cyanose (diminution de l’arrivée de l’oxygénation au niveau des tissus) caractérisée par un bleuissement de la peau et des lèvres.

Le spasme du sanglot est précédé d’une apnée prolongée (arrêt de la respiration).

Si l’apnée se prolonge, les parents assistent à une syncope asphyxique avec perte de connaissance, et révulsion oculaire. Cela ressemble à une convulsion. L’enfant est inerte, violet, et ne respire plus…!

Après quelques secondes, l’enfant reprend son souffle et la conscience réapparaît. Le réveil survient néanmoins toujours rapidement sans traitement. 

Chez quelques enfants, le spasme du sanglot se traduit simplement par une coloration pâle de la peau et une perte de connaissance.

Bien que très impressionnant, ce trouble ne présente pas de gravité particulière, mais il a tendance à se répéter.

Le spasme du sanglot se résout de lui-même avant l’âge de cinq ans.

La conduite à tenir :

Rester calme et tamponner simplement  le front de l’enfant avec de l’eau.

Il ne faut en aucun cas céder aux caprices de l’enfant, de peur qu’il ne refasse une nouvelle crise, sinon, l’enfant en profitera.

Il faut être ferme dès le départ face à ces crises sans gravité, même si elles peuvent être impressionnantes et elles s’arrêteront rapidement.

Le spasme du sanglot ne doit pas être pris pour une crise d’épilepsie.

Il faut parfois les laisser se calmer tout seul en les suveillant de loin.

Après, quand l’enfant est redevenu calme, lui expliquer et le rassurer , parce qu’un enfant qui pleure n’est pas en état pour comprendre quoi que ce soit.

Il faut malgré les crises donner des interdits à l’enfant.

Lui expliquer que ça ne sert à rien de se mettre dans ces états et si l’enfant voit que l’on ne calle pas, ça passera. En fait, c’est une de leur manière de nous tester en cas de refus.

C’est une manifestation de colère, de rage, de douleur ou de peur qui aboutit à la pâmoison (évanouissement) avec perte de connaissance toujours réversible.

Protégez vos enfants : attention aux accidents domestiques !

Les dangers de la maison ne sont pas toujours bien identifiés et beaucoup d’accidents domestiques pourraient être évités.

Venez découvrir www.stopauxaccidentsquotidiens.fr : la 1ère plate-forme de référence de prévention des accidents de la vie courante mise en place par  l’Institut National de la Consommation.

Ce site interactif passe en revue les dangers de la maison, ainsi que les bons gestes à adopter pour les éviter.

Des vidéos d’une minute réalisées par l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (Inpes) mettent en scène une famille composée de trois jeunes enfants dans des situations à risques : la chaise haute, la table à langer, les escaliers, le fer à repasser, le bain ou l’ingestion de produits ménagers.

Les parents et les professionnels de la petite enfance trouveront également des fiches pratiques avec des conseils pour identifier les risques domestiques, s’en prémunir et réagir en cas d’urgence.

Les enfants et la ceinture de sécurité

Chaque année, plus de 150 enfants de moins de 15 ans perdent la vie en tant que passagers d’une voiture et le plus souvent près de chez eux.

Dans la plupart des cas, ils n’étaient pas attachés ou très mal attachés à leur siège.  Le risque d’être éjecté de la voiture ou de s’écraser sur le pare-brise est multiplié par 6 ou 7 pour un enfant non attaché.

Un enfant de 30 kg non attaché se transforme en un projectile d’une tonne impossible à arrêter. Aussi, c’est important de veiller à ce que nos enfants soient correctement attachés selon leur poids et leur âge.

Enfants de moins de 13 kg : siège dos à la route ou lit nacelle :
Le siège dos à la route appelé aussi maxi cosy s’avère être la meilleure des protections pour le bébé fixé avec la ceinture trois points. Si vous avez un airbag gonflable à l’avant, votre enfant doit être attaché à l’arrière (ou vous devez désactiver cette fonction). Si vous ne le désactiviez pas, votre enfant risque de graves contusions ou d’être étouffé en cas de  déclenchement de l’airbag.

Le lit nacelle, qui permet au bébé de dormir allongé est aussi accepté. Il se fixe transversalement avec les ceintures trois points ou à l’aide de sangles spéciales reliées aux points d’ancrage.

Enfants de  9 à 18 kg : les sièges :
Avec le siège baquet, l’enfant est dans un fauteuil très enveloppant attaché avec la ceinture en deux ou trois points. Le chérubin est sanglé avec un harnais, système de sangles qui passent entre les jambes et sur les épaules. Attention, de vieux modèles n’ont pas de sangles entre les jambes ce qui fait que l’enfant peut glisser.

Enfants de 15 à 36 kg : les réhausseurs :
Le rehausseur permet de surélever l’enfant pour qu’il soit à la bonne hauteur pour la ceinture. Sans réhausseur, l’enfant peut se retrouver étranglé plus que sécurisé ! En plus, si le bambin s’endort, il risque de glisser sur le côté et la sangle d’épaule ne le retient plus. Il existe deux types de rehausseurs : avec un dossier ou sans, c’est à vous de choisir.

Enfants de plus de 10 ans : la ceinture toute seule :
A partir de 10 ans, un enfant peut monter à l’avant d’une voiture en mettant la ceinture normalement.

SANCTIONS : En cas de non respect de ces règles de sécurité, une amende de 4e classe peut être dressée aux contrevenants. Pour en savoir d’avantage, je vous conseille de visiter le site de la sécurité routière :  

www.securiteroutiere.gouv.fr
Bonne route à tous.

Les enfants et la ceinture de sécurité dans Infos pratiques TN-5491-en-voiture

Respecter le rythme de bébé

Dans les 1ers temps, il est important de respecter le rythme personnel de votre bébé.

En effet, quand le bébé est encore tout petit, il n’a pas encore un rythme régulier : il ne mange pas et ne dort pas toujours à la même heure.

Dès que bébé a faim, lui donner son repas, vous le savez si vous allaitez, puisqu’on parle d’allaitement à la demande. De même, quand bébé montre des signes de fatigue, il faut le coucher, parce que le manque de sommeil rend les enfants grognons.

Il ne faut surtout pas forcer un enfant à manger, puisqu’il sait quelle quantité lui suffit ! Ne vous inquiétez pas, un bébé se rattrape aux repas suivants. Si le bébé mange peu à un repas, c’est peut-être parce qu’il est malade.

Plus tard, bébé ne voudra plus de lait, à un repas, remplacez alors le biberon par un yaourt ou un petit suisse bébé, après avoir demandé conseil à votre pédiatre pour qu’il mange suffisamment de laitage. C’est le début de la diversification alimentaire ! Bébé veut commencer à manger comme ses parents.

Rassurez vous, bébé saura très bien vous faire comprendre quand quelque chose ne va pas !

Préserver la santé de bébé

Avec la vie stressante que nous menons dans un univers plus pollué, nos enfants ont plus de risques de développer des allergies, de l’asthme …

C’est pourquoi, il convient de respecter certaines consignes pour éviter ou diminuer les risques.

Pendant la grossesse :

La cigarette : L’idéal serait d’arrêter de fumer pendant la grossesse pour éviter que l’enfant ne développe de l’asthme. Vous pouvez vous faire aider de Tabac Info Services au

 Contactez Tabac Info Service au 0 825 309 310 ou  http://www.tabac-info-service.fr/.

L’alcool : Dès qu’on décide d’avoir un enfant, il est indispensable de ne plus boire une seule goutte d’alcool jusqu’à la fin de l’allaitement, puisque tout l’acool va directement intoxiquer le foetus ( comme n’importe quelle autre drogue !) et risque de causer des malformations physiques et/ou  mentales irréversibles !

Préserver la santé de bébé dans Infos pratiques 983

Les médicaments : Avant de prendre des médicaments, demandez l’avis de votre médecin en lui précisant que vous êtes enceinte, il existe des médicaments plus adaptés.

Après la naissance :

La bronchiolite et l’asthme : se laver les mains régulièrement, ne pas fumer dans la même pièce que bébé, puisque la fumée de cigarette est très irritante. Aérer la chambre de bébé tous les jours, pour enlever les polluants volatils et humidifier l’air désséché par le chauffage.

http://www.bronchiolite.org/

Ne jamais secouer bébé, quand il pleure ou est énervant, ou même pour le réanimer en cas de malaise. En effet, de graves séquelles sur son cerveau sont très fréquentes. Regardez les informations sur le Syndome du bébé secoué et les témoignages de parents :

http://www.jamais-secouer.com/

L’éveil de bébé

Les bébés aiment beaucoup les couleurs vives très voyantes, surtout les 1ers mois (jusqu’à 6 mois ou 1 an). Pour attirer leur attention et les éveiller, leur présenter des objets très flashy : ils auront envie de les suivre des yeux et voudront les attrapper.

Les bébés ont un sens du toucher très développé, beaucoup plus que le nôtre. Leur faire toucher différentes matières (tissu, papier, bois, plastique, métal …), lisses ou rugueuses … participe à leur éveil.

1...45678

NATURALLIA |
RVBoutiK |
Look et seduction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | amusez-vous
| windservice
| chachaamayfun